les-relais-de-experience association retraites seniors benevoles occitanie

  • Accueil

Le COMIDER accompagne des exploitants agricoles en difficulté

Vingt ans que le COMIDER s’intéresse aux professionnels de l’agriculture, de la viticulture et de l’élevage. Avec toujours la même volonté d’accompagner l’action sociale de la MSA (1).

Et quel chemin parcouru depuis que Michel Puylaurens, vice-président du COMIDER, œnologue de formation et gérant de coopératives sur le Tarn et l’Aveyron a posé les premiers jalons de la belle histoire liant la MSA à notre association.

Rien ne laissait prévoir que l’aide apportée par Michel à un viticulteur en difficulté séduirait un responsable de la Mutualité et donnerait naissance à une convention liant la Mutualité au COMIDER.

Quand on sait que les situations de détresse sont fréquentes chez les exploitants agricoles, on comprend l’engagement d’une vingtaine de comidériens dans l’accompagnement des plus fragiles, signalés par les travailleurs sociaux de la MSA.

« Nous sommes confrontés à des situations parfois dramatiques » reconnaissent Jean Malzac, responsable de la mission et Michel Loubet, passionnés par cette action de solidarité.

comider et msa travaillent ensemble auprès des agriculteurs en difficulte

Nos deux anciens cadre de la banque, attachés à la ruralité, plutôt concernés par le biterrois, travaillent aussi avec des bénévoles du Gard et de la Lozère. « Dans ce département, Loulou (traduire par Louis Fages) est toujours prêt à répondre, avec ses six collègues, à mes  sollicitations. Ailleurs, je dispose d’une quinzaine de bénévoles que je contacte en fonction des besoins (Deux dans le Gard, quatre sur l’est Hérault et huit sur l’ouest).

Selon les cas, nous devons régler des problèmes de cotisation, de banque, familiaux ou techniques » explique Jean, ayant à cœur de répondre dans les meilleurs délais, et autant que nécessaire, aux situations qui lui sont confiées.

Depuis une décennie qu’il a repris le flambeau, bon an mal an, une centaine de dossiers passe entre ses mains. Et le nombre de visites effectuées ne cesse  d’augmenter, de 135 visites en 2013, au double ou au triple depuis 2014. Nécessitant de multiplier par deux les intervenants. « Sur le dernier semestre, j’ai dû me rendre quatre fois chez un éleveur de canards » précise Michel, heureux de jouer un rôle de médiation et d’encouragement, personnalisé et amical.

Au-delà de ces aides, une demi-douzaine de comidériens est de plus en plus convaincue qu’un accompagnement des agriculteurs à l’utilisation des outils informatiques, mis en ligne par la MSA pour ses adhérents, est nécessaire.

Pour ce faire, ils ont suivi une formation dans le cadre d’une action baptisée « Surfer sur les Hauts Cantons ». Avec une idée derrière la tête : « Nous comptons apporter la preuve de notre utilité dans ce domaine et demander des moyens pour élargir le champ de nos missions ». Avant d’ajouter « On veut aussi faire plus de vulgarisation sur l’emploi des produits phytosanitaires ou sur d’autres questions techniques ou économiques ». En ligne de mire, la possibilité de travailler avec la Chambre d’agriculture ou les syndicats d’exploitants agricoles.

Tout en ne ménageant pas ses efforts sur la durée, l’équipe des comidériens prend la vie du bon côté : repas avec les salariés de la MSA, casse-croute régional partagé avec les agriculteurs et même virée en Sicile.  Pour rencontrer des viticulteurs de là-bas. Bien sûr !

G. H.


(1)    La MSA (Mutualité Sociale Agricole) est le régime de protection sociale obligatoire des professions agricoles. Dans une approche « guichet unique », la MSA gère l’ensemble des branches de la sécurité sociale : maladie, famille, vieillesse, accidents du travail et maladies professionnelles. Elle assure le recouvrement des cotisations. La MSA s’appuie sur les valeurs du mutualisme que sont la solidarité, la responsabilité et la démocratie, pour faire vivre les territoires ruraux (sources : Wikipédia)

Des Comidériens transmettent leur expérience professionnelle aux collégiens

Rien d’étonnant à ce que, depuis une quinzaine d’années, le COMIDER participe au forum des métiers organisé par l’association des parents d’élèves de l’enseignement privé catholique.

Avec une moyenne d’une dizaine de Comidériens représentant différents corps de métiers, c’est une occasion de transmettre des expériences professionnelles vécues.

« Les jeunes de 3ème ont un échange constructif, en face à face, avec une personne qui leur donne un retour réel sur le métier » reconnait Claire Valentin qui pilote l’opération depuis dix ans.

forum des metiers palavas les flots

En précisant qu’elle est ravie de voir que l’association répond « présent » pour cette action annuelle qui vient de réunir, à Palavas, environ 1600 collégiens de 15  établissements de l’Hérault et un du Gard.

Lors de cette journée, chaque jeune doit rencontrer quatre professionnels parmi les quelques soixante intervenants. De même qu’une quarantaine d’exposants, dont l’ONISEP, leur  propose des offres de formation ou des informations utiles à leur orientation.


Si les organisateurs se félicitent de cette collaboration, les Comidériens ne sont pas en reste.

A l’image de Richard, nouveau membre du COMIDER et qui a vécu son premier forum. « Bien sûr, j’ai apprécié l’accueil et l’organisation » avoue-t-il d’emblée avant d’ajouter « Dans l’ensemble j’ai trouvé les jeunes curieux ».

forum des metiers palavas les flots

De fait, avec sa double casquette liée à une longue expérience dans les métiers du bois et dans l’hôtellerie-restauration, Richard a dû répondre majoritairement au deuxième domaine. Et pourtant, il n’avait pas ménagé ses efforts pour convaincre les jeunes de l’intérêt des métiers liés au travail du bois. Installé devant des réalisations, système tenon mortaise, morceau de fenêtre, jouet en bois, sans oublier des fiches techniques, Richard pouvait affirmer, avec l’autorité du professionnel acquise aux Ateliers de Saint Paul, « Le travail du bois offre des possibilités souvent méconnues. Des métiers d’art comme la marqueterie, la sculpture, la dorure mais aussi la réalisation de décors, l’ébénisterie, le bâtiment dont la charpente… ».

Si Richard a pu satisfaire la curiosité d’une trentaine de collégiens, Philippe, blanchi sous le harnais, a reçu 75 jeunes intéressés par le commerce international.

Quant à la coordination de la participation du COMIDER à cette manifestation, elle a, cette année, été assurée par Dominique Chapiteau. Choisissant en même temps d’animer, comme pour de précédents forums, un stand sur les métiers de l’énergie, malgré une solide expérience dans le domaine des ressources humaines. « Les RH, ça n’évoque pas grand-chose pour des 3ème », confie-t-il.


D’autres Comidériens, comme Alain B, Alain D, Patrick, André, Jean-Michel, Jean-Félix ou Jean-Luc ont respectivement couvert l’artisanat, le commerce et la grande distribution, le marketing, les métiers de l’informatique, de l’agriculture, de l’automobile ou celui d’ingénieur.

Offrant ainsi à leurs jeunes interlocuteurs un de leurs premiers contacts avec le monde professionnel. Ces témoignages diversifiés, une des facettes de ce que l’association peut apporter aux écoles, n’excluent pas d’autres possibilités d’intervention. Que Claire Valentin a retenu, en affirmant « avec le président du COMIDER, nous avons convenu de nous revoir ».


G. H.

Accès réservé