les-relais-de-experience association retraites seniors benevoles occitanie

  • Adherent1
  • Adherent2
  • Adherent3
  • Adherent4
  • Adherent6
  • Accueil

Blog public

EPA - Collège Jean Rostand à Nîmes

La Mini Entreprise - EPA (Entreprendre Pour Apprendre) est un programme de création d’entreprise qui s’adresse aux élèves inscrits au collège, au lycée, en structure d’insertion et en centre de formation. L’action se déroule sur une année scolaire scolaire ou un semestre.

Chaque année des membres du COMIDER participent à l'une de ces actions qui permet aux élèves de découvrir comment fonctionne une "mini entreprise" et cela concrètement avec de vrais clients, de vraies ventes, et bien souvent de vrais bénéfices reversés, en fin d'opération, à une association choisie par les "créateurs de la mini-entreprise"...

Cette année scolaire, notre collègue Madeleine est intervenue en qualité de marraine de la classe de 3ème D du collège Jean Rostand de Nîmes qui s'est lancée dans l'aventure avec une idée novatrice.

Une fois que l'idée du produit à commercialiser fut fixée il fallait constituer l'organigramme de la mini-entreprise avec son Directeur(trice), son Adjoint, son Directeur(trice) Commercial(e), ses Commerciaux, son Directeur(trice) Financier(e), ses Comptables, son Directeur(trice) de Production, etc... tous les élèves devaient trouver leur place pour participer à cette aventure commune.

cook irresistible

Mais pour que chacun ait sa place il fallait montrer ses capacités à l'assurer !

Ainsi, chacun dû établir son CV et sa Lettre de Motivation et ... subir l'épreuve de l'entretien avec le Jury ! Jury composé de membres du COMIDER et donc de professionnels.

C'était du sérieux ! Une véritable épreuve : un premier entretien d'embauche !

L'organigramme constitué, chacun sait quelle est sa fonction au sein de la "mini-entreprise" et avec notre marraine et les professeurs, qui nous accompagnent, il nous faut définir un nom à notre produit : ce sera Cook'Irresistible. Puis il nous faut acheter les produits, les préparer, ... mais surtout les vendre.

En effet, nous ne vous l'avions pas précisé : Cook'Irresistible était basé sur la fabrication de bocaux de préparation en kit de cookies !

classe de 3 ème D college jean rostand nimes

Voilà ! L'année scolaire se termine et notre "mini-entreprise" a fait un peu de bénéfice et nous avons participé à la sélection nationale des "mini-entreprises".

Malheureusement, il nous a manqué 1 point pour être qualifiés ; mais nous sommes très fiers d'avoir pu participer à cette belle expérience qui nous a rendu plus forts !

Notre marraine et nos professeurs sont fiers de nous et reconnaissent que nous avons gagné malgré tout en maturité et c'est pourquoi nous tenons tous à les remercier.

 

Pour celles et ceux qui seraient intéressés par cette démarche très instructive et pour les professeurs qui souhaitent s'investir avec les élèves de leur classe

La mini entreprise
Les jeunes créent une entreprise qui fonctionne comme une société anonyme ou une société coopérative, sous le couvert de l’association Entreprendre Pour Apprendre.
Les mini-entrepreneurs ont chacun un rôle et des responsabilités dans leur entreprise. Ils conçoivent, produisent et commercialisent un produit ou un service. Ils assument aussi la gestion administrative et financière.

Les acteurs de Mini Entreprise-EPA
Les enseignants et élèves construisent leur projet pas à pas, avec l’aide d’un parrain entrepreneur ou d’un collaborateur d’entreprise et de l’intervenant de l’association EPA. L’équipe pédagogique et les entrepreneurs sont accompagnés par l’association EPA sur le contenu pédagogique et les méthodes d’animation du groupe.

Le championnat régional et national des Mini Entreprises-EPA
Les mini-entrepreneurs participent chaque année aux championnats régionaux des Mini Entreprises-EPA qu’organise Entreprendre Pour Apprendre. Les meilleurs projets régionaux participent ensuite au championnat national et les vainqueurs, lycéens ou post-Bac, représentent la France au championnat européen

Six mois avant son MARKETHON DE L’EMPLOI, le COMIDER se prépare…

Ils sont venus. Elles sont toutes là, de Perpignan au Vigan, d’Alès à Béziers, ces représentant-e-s de chaque délégation du COMIDER, couvrant l’Aude, le Gard, l’Hérault et les Pyrénées Orientales.
Accueilli-e-s dans les confortables locaux du pole Réalis de Montpellier, pépinière d’entreprises, fruit d’une démarche concertée de la Région Occitanie avec les partenaires de l’économie sociale et solidaire.

Preparation du Markethon de l emploi pour le jeudi 19 octobre 2017

Rien d’étonnant à ce que Lawrence Deplanche, responsable de la Fédération des entreprises d’insertion, et François Boyer, qui préside aux destinées de cette association de cadres retraités, imaginent, en guise d’introduction, de futurs partenariats fructueux, liés à des valeurs humanistes partagées. 

Mais l’ordre du jour de ce 27 avril a d’autres objectifs.
En jeu, la réussite de la traditionnelle journée du Markethon de l’Emploi. Fixée cette année au jeudi 19 octobre 2017,  cette opération emblématique du COMIDER, depuis 24 ans, vise à la recherche d’emplois cachés, par des chômeurs volontaires, de tout âge et de tout profil. Dans un bel élan de solidarité, ils mettront en commun, à l’issue de la journée, les propositions collectées. 

Si la préparation de l’action réunit une trentaine de comidériens, c’est qu’elle demande une organisation rigoureuse.
Songez, plus de vingt villes de départ pour plus de 1000 participants qui collecteront, en moyenne, une offre et demi chacun, en visitant plus de 10 000 entreprises.
L’engagement des retraités et des partenaires, acteurs sur le terrain et financiers, nombreux également, est à la mesure des retours des participants qui plébiscitent cette opération. Un moment où chacun-e trouve dans la chaleur d’une petite équipe de trois ou quatre markethoniens, une nouvelle dynamique.
Et parfois, un nouveau job…

Six mois avant le jour J, il faut donc reprendre, actualiser, améliorer les documents et les procédures qui conduiront au succès.
Avec le rappel, ou la découverte pour les nouveaux impliqués, du rôle de chaque responsable des villes de départ.
Les responsabilités ne manquent pas, de l’obtention des financements aux évaluations finales, en passant par les actions de communication, l’actualisation des zones à prospecter, la formation au logiciel de gestion.
De quoi mobiliser les comidériens avant de procéder aux inscriptions et d’assurer l’accueil et l’encadrement de la manifestation.
Au terme de presque trois heures de travail, chaque participant pourra repartir sur ses terres et mettre en ordre de marche sa délégation.
Celle de Montpellier, sous la houlette expérimentée de Jean Baptiste Morel, a déjà anticipé le lancement de l’opération. Importance de la Métropole oblige.
Au crédit également de cette formation collaborative, l’initiation de Jean-Jacques Lassus, responsable depuis un an au service emploi à Pau : « Il y a quelques mois, j’ai découvert la plaquette du Markethon.
En mars 2018, on compte en organiser un dans les 31 communes de l’agglomération paloise. Avec l’accord du créateur du concept, Didier Reuter. Et l’aide du COMIDER
».

Une belle reconnaissance.
Guy Hébert

Accès réservé