les-relais-de-experience association retraites seniors benevoles occitanie

  • Accueil

Le Pays de Sommières, la MLJ Petite Camargue et le COMIDER, partenaires d’un premier « Parcours Vers l’Emploi »

panneau

  « J’ai plus confiance en moi et je sais mieux ce que je veux » confie d’emblée Nadine, soutenue par Géraldine, après avoir suivi, depuis le 5 mars et pendant huit semaines, des ateliers hebdomadaires proposés dans le cadre de l’opération « Parcours Vers l’Emploi ».

Ils sont six à avoir pu bénéficier d’une initiative parrainée par la Communauté de communes du Pays de Sommières et animée par le COMIDER. Visant à valoriser les compétences des personnes en recherche d’emploi.

Cette action est née, comme souvent, de la rencontre de personnes motivées. D’un côté Jean-Joël Deurveilher, ancien cadre d’entreprise retraité, bénévole au COMIDER et de l’autre Christine Villegas, responsable du Relais emploi de Sommières, , accompagnée de Marjorie Abrieu, chargée des relations entreprises. « Je les ai connues à l’occasion du Markethon, il y a quatre ans » explique le premier, avant d’ajouter « Cela m’a fait plaisir de revenir pour cette opération, vu leur engagement et l’accueil reçu, mais aussi du fait de l’intérêt des bénéficiaires de nos prestations ». Jean-Joël, grâce à l’expérience d’aide à la réinsertion professionnelle acquise dans une mission équivalente menée plusieurs années à Montpellier, a réussi à entraîner d’autres comidériens. Avec en particulier Alain Beauchemin, co-responsable, soutenu par Alain Dandoit et René Derelle.

Leurs expériences respectives d’anciens recruteurs leur ont permis d’aider les stagiaires à faire le point, ainsi que l’inventaire de leurs savoirs et de leurs réalisations. Tout en se penchant sur les questions de CV, de lettre de motivation et en abordant la manière de se présenter. Le tout de façon interactive, avec pour point d’orgue, des simulations d’entretien de recrutement, à partir d’une annonce réelle trouvée par le stagiaire ou recensée par le Relais Emploi. Une vraie progression accompagnée d’un parrainage des comidériens qui ne cessera pas à la fin de l’opération.

photo de groupe

A l’occasion du bilan Jean-Joël et ses collègues pouvaient rappeler « N’hésitez pas à nous contacter. Servez-vous de nous car le but c’est de gagner ! ».

Et, comme dans toute formation, ce fut aussi l’occasion de se projeter sur la session prévue en octobre prochain. « Nous devrons mieux suivre les résultats du Markethon et proposer aux participants de les exploiter dans le cadre de ces ateliers » pouvait conclure Alain Beauchemin, qui aura la responsabilité du prochain Markethon sur Sommières. Une conviction que tous partagent. Comme Jean-Claude Gardes, un comidérien de Nîmes, venu observer le fonctionnement de l’opération. « J’ai l’intention de proposer d’animer quelque chose de similaire sur Marguerittes » avoue-t-il, convaincu. Ce nouveau projet confirme, si nécessaire, la validité de ce premier « Parcours vers l’emploi ». 100% satisfaisant ? Un sujet reste préoccupant. Que faire pour la dizaine de jeunes qu’il n’a pas été possible de retenir au-delà d’une séance ? Vaste question ! 

Guy Hébert

Humanis et le COMIDER, une longue histoire d’engagement et de partage

Au fil des années, le lien initial que Roger Fages a créé, en 1985, sur le Languedoc-Roussillon, entre la Caisse de Retraite Inter-entreprises (CRI), dont il était directeur régional, et le COMIDER, association qu’il  a mise au monde, ne s’est pas distendu.

humanis montpellier associe du comider prete ses locaux

Malgré les multiples réorganisations, fusions entre caisses ayant donné naissance au groupe mutualiste à but non lucratif Humanis, en 2012,  les valeurs d’engagement et de partage, qui animent les deux entités, ont permis la durabilité des relations.

A ce titre le groupe HUMANIS siège au Conseil d’administration du COMIDER en qualité de membre fondateur. Marie-Luce Pélissier, responsable de la région sud-ouest à la direction des activités sociales d’Humanis et ses collègues Djamila ADLA et Jordine NEGRE, se relaient auprès de cette instance.
Rien de comparable, bien sûr, entre un groupe de protection sociale protégeant 10 millions de personnes et ayant près de 700 000 entreprises clientes et une association de quelques 200 membres.
Et pourtant, le groupe qui assure les retraites complémentaires du secteur privé pour un quart des salariés et un tiers des cadres du pays, tout en accompagnant ses adhérents dans les domaines de la santé, de la prévoyance et de l’épargne, tient à soutenir l’association.
Pour ses activités sociales, plus de 60 millions d’euros y sont consacrés, permettant de mener à bien plus de 26 000 aides individuelles.

Dans ce cadre, Humanis permet au COMIDER de bénéficier, à Montpellier, d’un agréable bureau chauffé et éclairé. Jouxtant ceux de son service social, depuis les dernières rénovations des locaux. « Cette mise à disposition est notre façon de matérialiser notre soutien au COMIDER. Nous sommes fiers de cette action » avoue Marie-Luce Pélissier, avant de glisser qu’elle se réjouit également de cette proximité physique. Un avis partagé par Laurence Christiaens  qui a découvert et rejoint la chorale du personnel…

Au-delà de cette convivialité, comment Humanis explique-t-il ses relations avec les bénévoles du COMIDER ?
Il faut interroger Roger Fages pour comprendre les objectifs poursuivis par la caisse de retraite. " En 1969, un sociologue avait publié un livre : La retraite, une mort sociale. L’idée du COMIDER est venue quand se sont développées les retraites anticipées. Comme à IBM en 1984, où des cadres sont partis à 52 ans ! Il fallait intégrer ces personnes et utiliser ce potentiel d’expériences. En France ont été créées des associations visant à aider des pays en voie de développement. Et localement, nous avons pensé que le Languedoc-Roussillon avait besoin de se développer".

Le COMIté pour le DEveloppement Régional est donc venu élargir les possibilités d’engagement des bénévoles, au bénéfice de larges publics. Avec à la clef, financement, accompagnement et mise à disposition d’un local.

Comme depuis plus de trois décennies,  le groupe poursuit la même philosophie sociale, à l’image de ses orientations prioritaires AGIRC ARRCO 2014/2018 : soutenir le retour à l’emploi des actifs et des plus fragiles ; donner les clefs du bien vieillir ; soutenir les aidants familiaux ; accompagner le grand âge en perte d’autonomie, il n’y a pas de mal à comprendre ce qui relie Humanis et le COMIDER.
Et les possibilités d’enrichir les partenariats.
Pour que l’histoire continue !

G. H.

Accès réservé